Tchad : le FONAC présente 10 observations sur les réformes institutionnelles

Tchad : le FONAC présente 10 observations sur les réformes institutionnelles

Le front de l’opposition nouvelle pour l’alternance et le changement (FONAC) a tenu ce matin du samedi 20 janvier 2018 une conférence de presse au siège du parti pour les libertés et le développement (PLD) pour présenter ses dix observations sur le rapport du comité technique appui aux réformes institutionnelles.

Le FONAC trouve que le contenu du projet de réformes est partial, injuste, subversif et dangereux pour la coexistence pacifique du peuple tchadien. “L’adoption de ces mesures préconisées dans ce rapport engendrerait sans nul doute les germes des conflits graves dont les conséquences marqueraient pour longtemps les futures générations” dit le coordonnateur adjoint, Pasteur Moyade Naredroum Koumoumang.

1ere observation : l’objectif global semble être de consolider la démocratie et renfoncer l’efficacité de l’État dit le FONAC. Selon ce regroupement des partis politiques de l’opposition tchadienne, si on lit entre les lignes on peut facilement se rendre compte qu’il y a eu des orientations et voir des manipulations. Le rapport de force Sud Nord semble être dissimulé derrière les quotas des représentations à l’Assemblée nationale.

2e observation : le Fonac constate le rejet arbitrairement du fédéralisme.

3e observation : le projet de découpage administratif relève de l’arbitraire dit le FONAC. Il est suffisamment saturé d’injustice, de haine, de convoitise et voire de suprématie. Trois provinces au Sud et neuves au Nord et au centre semblent être injustes, parce que l’administration concerne d’abord les personnes dit le FONAC.

4e observation : pour le FONAC en remettant le compteur à zéro le président Idriss Deby Itno veut mourir au pouvoir puisqu’il va se présenter aux élections de 2021 pour briguer deux autres mandats de septennat. C’est une confiscation du pouvoir déclarent les membres de FONAC.

5e observation : le FONAC trouve que le maintien du haut conseil de la communication (HCC) et de la commission nationale des droits de l’homme qui ne font pas leurs travaux n’aide pas le pays et que ces deux institutions peuvent être seulement des services de leurs ministères respectifs ce qui fera beaucoup d’économie à l’État.

6e observation : la création de la cour spéciale de répression des infractions économiques et financières est inutile, car selon le FONAC la corruption au Tchad est l’impunité.

7e observation : le serment confessionnel ne garantit rien. Des personnes peuvent jurer sans y croire, le FONAC propose une justice véritablement indépendante et qui sanctionne sévèrement tout détournement ou délit quelconque de quiconque y compris le président de la République en cas de haute trahison.

8e observation : promouvoir des valeurs pratiques plutôt que des textes théoriques.

9e observation : le Fonac s’étonne du cout exorbitant du forum, 893.025.000 FCFA en citant d’exemple que pour 25 hôtesses il faut 12 500 000 FCFA et pour la pause-café des 1204 participants il faut 30 100 000 FCFA. Chacun prend son café à 2500 FCFA par jour même chose pour les rafraichissements, deux fois par jour, certainement une sucrerie a 1250FCFA rigolent les  du FONAC.

10e observation : Le Fonac trouve que le budget des reformes 303 800 000 000 suffit pour financer des projets concrets à forte main d’œuvre pour occuper des nombreux jeunes qui chôment depuis plusieurs années et relancer ainsi la consommation qui fera démarrer l’économie.

Laisser un commentaire