Revue de presse au Tchad : Semaine du 05 au 11 février 2018

Revue de presse au Tchad : Semaine du 05 au 11 février 2018

La grève sèche et illimitée entamée par les syndicats a dominé l’actualité de la semaine. Il en est de même pour les grognes sociales consécutives à cette grève. La suspension du service minimum dans les hôpitaux a aggravé selon beaucoup de journaux la situation.

« Grève de l’administration publique : les positions se radicalisent » titre à sa Une L’Info du 08 au 11 février. Le bihebdomadaire public a fait un large aperçu sur la situation qui selon les syndicats est au point mort. Pas de dialogue avec le Gouvernement a déclaré dans les colonnes du journal Brahim Said, président de la Confédération Libre des Travailleurs du Tchad. Le Visionnaire du 07 février met à sa vitrine, « Pahimi Padacké Abert : Qu’il démissionne ! » Pour lui, malgré son incapacité à gérer la crise, l’homme s’accroche à la Primature. Mais jusqu’à quand ? S’interroge le journal. Le Visionnaire soutient que le pays est paralysé après une semaine de grève. Pour L’Observateur, la coupe abusive des salaires des fonctionnaires est « Une mort lente ». C’est à travers une caricature montrant la désolation des fonctionnaires devant les guichets de la banque. Crise et mesures impopulaires, Le Citoyen du 05 au 12 février suggère que « Si le général Déby peut faire comme le général de Gaulle ». C’est par comparaison des méthodes de prise de pouvoir à la différence que Déby tient mordicus à son pouvoir qui peine à se stabiliser sous l’effet conjugué des forces centrifuges. Dans son éditorial, Le Citoyen écrit « A Déby les derniers réglages du tir ». Quotidien Le Progrès a suivi le cas particulier des triplets qui ont été sauvés de justesse avec leur mère malgré la grève sèche. C’est un geste du Dr Naïm Souleyman de l’hôpital de l’Amitié Tchad-Chine qui ne pouvait pas rester indifférent à la souffrance de la maman.

Sur le forum national inclusif qui pointe à l’horizon, Le Visionnaire a donné la parole aux acteurs de la vie politique. Pour Mahamat Ahmad Alhabo, « Déby se moque de nous ». Mais Issa Ramat Al-Amdou de la majorité présidentielle, « Il n’est pas opportun de jouer à la politique de la chaise vide ».  Quant à Max Kemkoye de l’Union des Démocrates pour le Développement il n’est pas question de participer à ce forum. Car estime-t-il, Déby n’a jamais respecté ses engagements depuis 1990.

Quotidien Le Progrès du 08 février s’est penché sur la suspension de 10 partis politiques qui ont appelé à la marche du 6 février 2018. c’est par un arrêté du ministère de l’Administration du Territoire, de la Sécurité Publique et de la Gouvernance Locale.

Dans sa parution du vendredi 09 février 2018, Quotidien Le Progrès est revenu sur le retour de Fougbou Djibert Younouss à la tête du ministère de la Jeunesse en remplacement du cinéaste Mahamat Saleh Haroun.

Bon début de semaine !

 

Un commentaire

  1. Ali guihini hassaballah
    15 février 2018 at 20 h 44 min Répondre

    Bonsoir tous les amis

Laisser un commentaire