Diaspora : Mékoné Tolrom Cloud Engineer chez Microsoft à Washington

Diaspora : Mékoné Tolrom Cloud Engineer chez Microsoft à Washington

Mékoné Tolrom est le premier et seul Tchadien, pour le moment, à travailler à temps plein au QG du géant de l’informatique Microsoft à Redmond, dans l’État de Washington aux États-Unis. Il a un parcours professionnel nourri de stratégie, stratégie qu’il entend transmettre aux autres jeunes Tchadiens à travers son Centre Polyvalent Mékoné Campus implanté à Moundou.

Cela fait dix ans que Mékoné vit aux États-Unis. Il exerce actuellement en qualité de Cloud Engineer dans le département de Cloud Computing de Microsoft. Le Cloud Computing compte parmi ces nouvelles professions très « nuageuses » qu’on ne peut pas prétendre expliquer à ses grands-parents. « Je ne suis pas un ange mais je fais l’administration des ordinateurs dans les nuages », dit-il. Le Cloud Computing représente aujourd’hui le meilleur marché pour les grandes entreprises qui ont besoin d’infrastructures informatiques à grande échelle et qui ont un accès permanent à internet. Maintenir cette infrastructure informatique, c’est le travail de Mékoné.

Mékoné n’a pas fait des études informatiques avant son arrivée aux États-Unis en 2006. Il a étudié le droit à l’université de N’Djaména après son passage au Collège Charles Lwanga de Sarh. C’est arrivé aux États-Unis qu’il a entrepris d’étudier les réseaux informatiques, la gestion des bases de données et le génie logiciel. Connaissant les deux domaines, il dresse une similitude entre les études informatiques et les études des sciences juridiques. Pour lui, « un bon juriste doit connaitre le droit public, le droit privé, le droit international, etc. ; un bon informaticien doit aussi connaitre les infrastructures informatiques, la programmation, les bases de données… »

Trois ans de formation professionnelle ont suffi pour que Mékoné se lance dans les boulots contractuels avec Microsoft. « Tout a commencé avec un contrat de support des clients européens qui utilisaient les produits de productivité de Microsoft », nous informe-t-il. On recherchait des candidats bilingues Français-Anglais et Mékoné n’a pas raté l’occasion. Ce premier contrat l’a conduit à d’autres contrats dans des domaines plus techniques comme l’ingénierie des infrastructures informatiques. Durant toutes ces années contractuelles, Mékoné ne s’est pas contenté de la formation qu’il a reçue. Il a continué à se former dans le domaine de la programmation pour pouvoir arriver au poste actuel qu’il occupe. Ce poste nécessite une connaissance dans tous les domaines de base de l’informatique plus les connaissances nécessaires pour automatiser les ordinateurs car, on ne gère pas manuellement des millions d’ordinateurs répartis à travers le monde !

Selon Mékoné, « l’expérience professionnelle tchadienne n’est pas automatiquement reconnue aux États-Unis. A moins qu’une compagnie, par exemple Esso, te recrute et t’amène là-bas, cette expérience est presque zéro quand tu arrives nouvellement aux États-Unis ». L’expérience locale américaine est privilégiée. Mékoné a d’abord fait ses preuves localement aux États-Unis avant que son expérience tchadienne remonte à la surface.  Il était étonné quand, en 2013, un manager lui révèle, après plusieurs tours d’interviews, que ce qui l’intéressait, c’était son expérience de logistics manager acquise au Tchad.

En effet, Mékoné a travaillé à World Vision Tchad pendant six ans comme Administrateur gérant les ressources humaines et la logistique. Sa connaissance en informatique entretemps était limitée à l’utilisation de Microsoft Office et de l’utilisation de base de l’internet. La curiosité intellectuelle a fait le reste.

4 Commentaires

  1. Victorien Ngarmbatidje
    15 septembre 2016 at 15 h 47 min Répondre

    Mekone, beaucoup de ceux qui le connaissaient, savaient qu’il arrivera là.

  2. MOUNYAKA Stéphane
    17 septembre 2016 at 14 h 32 min Répondre

    Tu fais la fierté du pays et une tres grande source d’inspiration pour les jeunes programmeurs. Merci de nous avoir ouvert la porte!

  3. Issa Moussa Loni
    18 septembre 2016 at 16 h 48 min Répondre

    Bon boulot et que Dieu l aide, il nous représente car comme vous dites il est jusqu’à là l unique Tchadien a bossé chez Microsoft

  4. Mekila Ferdinand
    5 janvier 2017 at 1 h 16 min Répondre

    Très fier de toi, tu es une fierté et valeur nationale.

Laisser un commentaire