Les BASIC sur  les changements climatiques signent le coup d’envoi de la Pré-COP à  Marrakech

Les BASIC sur les changements climatiques signent le coup d’envoi de la Pré-COP à Marrakech

Le 17 octobre, à la veille des rencontres de la Pré-COP ministérielle, prévues les 18 et 19 octobre, s’est tenu à Marrakech le dialogue pré-COP des acteurs de la société civile. L’événement a été présidé par Salaheddine Mezouar, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération du Maroc et président entrant de la COP22/CMP12/CMA1, et Patricia Espinosa, Secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Cette même journée, s’est tenue la 23e réunion ministérielle des BASIC (Brésil, Afrique du Sud, Inde et Chine) sur les changements climatiques, organisée par Edna Molewa, ministre de l’Environnement d’Afrique du Sud. Ces deux activités marquent le début d’une série de réunions qui se tiennent cette semaine à Marrakech pour finaliser les préparatifs de la 22e Conférence des Parties (COP22) à la CCNUCC, du 7 au 18 novembre dans la ville ocre. Le président de la COP22, Salaheddine Mezouar, et le responsable du pôle Société civile, Driss El Yazami, ont annoncé que la présidence marocaine se réunira avec la société civile pendant la COP22 pour élaborer ensemble un agenda pour le climat commun. La 23e réunion ministérielle des BASIC sur les changements climatiques a donc connu la participation d’Edna Molewa, ministre de l’Environnement d’Afrique du Sud, mais aussi de Xie Zhenhua, représentant spécial pour les changements climatiques de la Chine, Anil Madhav Dave, ministre de l’Environnement, des Forêts et des Changements climatiques de l’Inde, et l’ambassadeur Antonio Marcondes, Sous-secrétaire général de l’Environnement, l’Energie, des Sciences et des Technologies au ministère des Affaires étrangères du Brésil. Salaheddine Mezouar et l’ambassadeur Wael Abou El Magd, vice-ministre des Affaires étrangères en charge de l’Environnement et du Développement durable de l’Egypte, au nom de la présidence de la Conférence ministérielle africaine sur l’Environnement (CMAE), étaient également présents en tant qu’observateurs. A l’issue de cette réunion, les participants ont adopté une déclaration commune qui souligne « l’importance de la Conférence de Marrakech sur les changements climatiques comme une étape importante dans le processus de mise en œuvre de l’Accord de Paris et comme une nouvelle étape pour accélérer la mise en œuvre pré-2020 ». Les ministres se sont également félicités de l’entrée en vigueur imminente de l’Accord de Paris le 4 novembre 2016 et la tenue de la première réunion des Parties à l’Accord de Paris (CMA1) à Marrakech pendant la COP22. Dans leur déclaration commune, ils ont réaffirmé que « les pays développés devraient fournir des ressources financières, le développement et le transfert technologique et un soutien pour le renforcement des capacités aux pays en développement pour leur mise en œuvre efficace et leurs actions ambitieuses dans le cadre de l’Accord de Paris ». Ils ont également exprimé l’espoir que les termes de référence du Comité de Paris sur le renforcement des capacités, acceptés par toutes les Parties à la session de mai 2016 de la CCNUCC à Bonn, seront adoptés à COP22. Organisé par Driss El Yazami, le dialogue pré-COP de la société civile, était quant à lui l’occasion de réunir les représentants des groupes d’observateurs de la société civile de la CCNUCC (affaires et industrie – BINGO ; ONG environnementales – ENGO ; organisations des peuples indigènes – IPO ; gouvernements locaux et autorités municipales – LGMA ; organisations de recherche et indépendantes – RINGO ; ONG de la jeunesse – YOUNGO ; Femmes et Genre) et des représentants des associations marocaines accréditées auprès de la CCCNUCC telles que la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement, la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et le Centre de développement de la région de Tensift. Les participants ont pu partager leurs visions et recommandations avec Salaheddine Mezouar, Patricia Espinosa, Aziz Mekouar, ambassadeur pour la négociation multilatérale de la COP22, Hakima El Haité, championne de haut niveau pour le climat pour le Maroc et Laurence Tubiana, ambassadrice de la COP21 et championne de haut niveau pour le climat pour la France. Salaheddine Mezouar s’est félicité de cette rencontre avec les acteurs de la société civile à la veille de la COP22 et a rappelé le rôle important que jouent ces groupes dans la promotion et la réalisation des objectifs de l’Accord de Paris. Pour le président de la COP22, « les acteurs étatiques et la société civile doivent continuer à travailler ensemble pour transformer les engagements que nous avons pris en actions concrètes pour le climat ».

Laisser un commentaire