Tchad : l’accident d’un bus fait 5 morts et 21 blessés près de Djermaya

Un bus en partance pour Abéché, chef-lieu de la région du Ouaddaï a fait un tonneau. L’accident a eu lieu entre Djermaya et Massaguet, non loin du village Dougui, à quelques mètres de la raffinerie de Djermaya. Le bilan de l’accident est de 5 morts et 21 blessés. Parmi ces blessés, il y a des cas graves. Des accidentés ont vu certains de leurs membres amputés.

Selon des témoignages recueillis par notre équipe déployée sur le lieu de l’accident, le bus roulait à vive allure. Subitement, il dérape pour se renverser après une trainée de quelques mètres, de l’autre bas côté de la rue. Les habitants des villages environnants attirés par la forte détonation et la poussière ont accouru vers le lieu de l’accident. Ils découvrent une scène macabre, des personnes à l’agonie, d’autres, affolées par l’accident sont dans le délire. Des corps éparpillés par terre, des organes et de chairs humaines ainsi que des effets personnels éparpillés. La scène est difficile à décrire.

« Je ne sais à quelle heure exactement ça s’est passé. Mais c’est entre 8 h et 9 h quand nous avons aperçu une poussière devant de ce lieu. Aussitôt, nous sommes venus sur les lieux. On a découvert l’accident. Il y avait une femme, très perturbée, ayant perdu son bras, courait dans tout le sens pour interroger les gens où est mon bras, où est mon bras. C’était horrible » décrit un témoin d’un village non loin du lieu de l’accident.

D’après les témoignages, les forces de l’ordre et des ambulances sont arrivés de N’Djamena assez rapidement. Les blessés sont admis à l’Hôpital de l’Amitié Tchad-Chine, l’unique structure hospitalière publique opérationnelle en ce temps de grève. Ici, le personnel de l’HATC s’active à la prise en charge des blessés.

2 Commentaires

  1. Alain
    14 février 2018 at 15 h 22 min Répondre

    2eme accident sur cette voie depuis décembre dernier et n y a pas moins de 3 à 5 par an. La cause : 1) excès de vitesses par chauffeurs à 99,99 % soudanais,pourtant respectueux à 100% du code de la route chez eux ; 2) Les compagnies Abou Aziza et Abou hamama donnent des primes aux chauffeurs pouvant arriver le plus rapidement à destination ; 3) les propriétaires de ces compagnies sont des zagawas soudanais pressés à s’enrichir et rentrer chez eux avant qu’il n y ait de l’ordre et la fin de la corruption au Tchad.
    Sinon ce n’est pas difficile de limiter la vitesse ou faite respecter la code de la route !

  2. abdel alim
    14 février 2018 at 16 h 25 min Répondre

    Vous n’avez pas tout dit Alain. Les bus des 2 compagnies que vous avez cité vont entre 130 et 140 km/h. Si vous.restez à côté du chauffeur vous le constatez. mais le.problème c’est qu’ils sont tous assurés, c’est pourquoi ils se.foutent de la vie des 50 passagers à bord. En plus, cette vitesse est faite sous la.barbe des agents de quelques dizaines de barrières qui jonchent la route… Enfin, ces chauffeurs se permettent même de parler au téléphone sans ralentir !

Laisser un commentaire