Les parlements africains exhortés à combattre le transfert illicite des fonds

ARUSHA, 5 septembre (Xinhua) — La Tanzanie a demandé jeudi aux parlements africains d’unir leurs forces pour lutter contre le transfert illicite des fonds car la pratique affecte l’économie du continent.

Le président du Comité des comptes publics du parlement tanzanien (PAC), Kabwe Zitto, a lancé cet appel à Arusha lors de la 10e conférence annuelle de la PAC de l’Organisation de la Communauté de développement de l’Afrique australe.

« C’est un gros problème et ma suggestion est que même l’Organisation des comités des comptes publics de l’Afrique peut inclure ceci dans son agenda et engager d’autres organes tels que l’Union africaine », a déclaré M. Zitto.

« Il y avait une nécessité de rallier des efforts concertés pour combattre le transfert illicite des fonds, car l’information disponible indique clairement qu’aucun effort n’a été fait », a-t- il ajouté.

Le législateur a également déclaré que la fuite des capitaux de l’Afrique était si grave, et il est estimé que 420 milliards de dollars américains sur une période de 35 ans a été transféré hors du continent, tandis que le total des dettes extérieures des pays africains s”élèvait à 227 milliards de dollars américains sur la même période.

En exposant la gravité du problème, le député franc-parler a révélé qu’entre 2000 et 2010, plus de 844 milliards de dollars ont été transférés hors des pays en développement chaque année.

Il a déclaré que la Tanzanie était en train de perdre des revenus équivalents à 5% de son PIB en raison du transfertsillicite de fonds sous formes d’évasion fiscale, la fraude et la corruption, ce qui représente environ 1,25 milliards de dollars américains par an.

« Comme je l’ai mentionné plus tôt, les multinationales sont les champions des transferts illicites et celles qui ont investi en Tanzanie ne sont pas une exception. Dans la liste des 10 meilleurs contribuables en Tanzanie, sept utilisent des paradis fiscaux afin d’éviter de payer les impôts », a-t-il souligné.

Il a également dit que sur les trois plus grandes compagnies de téléphonie mobile dans le pays, deux ont été enregistrées dans les paradis fiscaux de la Hollande et du Luxembourg pour éviter le paiement des impôts en Tanzanie.

Laisser un commentaire