L’UA ne se reconnait pas dans la reconduction de Francine Muyumba à la tête de l’UPJ

L’UA ne se reconnait pas dans la reconduction de Francine Muyumba à la tête de l’UPJ

La Commission de l’Union africaine (CUA), par une déclaration, ce 19 janvier 2018 dit avoir pris note des résultats de l’élection du nouveau Comité exécutif de l’Union panafricaine de la jeunesse (UPJ) lors du Congrès tenu à Khartoum au Soudan du 19 au 21 décembre 2017. La Commission a également constaté les réactions des différentes organisations de jeunesse et des jeunes conviés aux élections. Elle s’est donc exprimée sur lesdites élections et « ne reconnaît pas le comité exécutif actuel » de l’UPJ.

Il vous souviendra qu’au Tchad, l’organisation des élections du bureau exécutif de l’UPJ avait défrayé avec l’annonce de la candidature de Yousra N’Diaye, rejetée par la commission électorale pour faute de retard. La candidate tchadienne avait par la suite annoncé sa démission pour la course à la présidence de la représentation des jeunes au sein de l’Union africaine pour certaines irrégularités qu’elle aurait constatées.

Selon la déclaration, le bureau de liaison de l’UA au Soudan a assisté au congrès ayant donné lieu à l’élection seulement en tant qu’observateur. Il faut préciser que, l’observateur n’a aucun droit de vote et ne se prononce ni sur les délibérations du congrès ni dans le processus des élections. Son rôle est seulement d’observer ce qui s’est passé et de faire rapport à AUC.

Ainsi, selon le rapport d du bureau de liaison de l’UA à l’attention de la CUA, plusieurs irrégularités ont été relevées tant en ce qui concerne le congrès qu’à la tenue des élections. L’observateur a relevé dans son rapport que : des représentants de seulement 29 des 55 États membres de l’UA étaient présents au Congrès, il était donc difficile d’établir si le quorum était atteint ; 10 des 29 États membres présents ont boycotté l’élection en raison d’allégations de manipulation du processus électoral ; diverses pétitions ont été reçues des organisations africaines des jeunes concernant l’admissibilité des candidats présentés ainsi que le non-respect des règles de procédure durant l’élection.

Par conséquent, la CUA confirme son total désaccord avec l’UPJ et ne reconnaît pas le comité exécutif actuel ». Selon la déclaration de la Commission, « en principe, l’UA est synonyme de gouvernance démocratique et de procédure régulière. La CUA ne reconnaît ni ne soutient aucune procédure défectueuse ni aucune décision portant atteinte à ces principes ».

« La Commission souhaite informer le public que le Comité exécutif actuel n’est pas reconnu par la Commission de l’Union africaine ». La Commission de l’Union africaine déclare qu’au moment où elle continue à revendiquer des idéaux de gouvernance démocratique à travers l’Afrique, il s’avère nécessaire d’enchâsser cela au sein de la jeunesse.

Enfin, la Commission souhaite informer les organes de jeunesse et les jeunes individuels que tout en respectant la place de l’Union Panafricaine de la Jeunesse et des Conseils Nationaux de la Jeunesse, l’UA continuera à travailler avec les jeunes indépendamment des affiliations à travers le continent et la diaspora pour s’assurer de la réalisation de « l’Afrique que nous voulons».

2 Commentaires

  1. Gerlance Musavuli
    19 janvier 2018 at 18 h 33 min Répondre

    Comprenez-vous maintenant pourquoi le Président des USA Donald Trump vous avait qualifié des pays de merde? Jusqu’à quand le désordre restera votre cheval de bataille ? “L’Afrique que nous voulons” A besoin des hommes et femmes consciencieux et déterminés à faire la différence !

    • Galing Tchinsouk
      21 janvier 2018 at 13 h 52 min Répondre

      Considérer l’inepte Donald Trump comme une référence ??? Ça, il fallait vraiment le faire !

      Décidément, on verra de tout calibre dans la classe des insensés…

Laisser un commentaire