La BAfD valide un nouveau projet pour la lutte contre la faim en Afrique

La BAfD valide un nouveau projet pour la lutte contre la faim en Afrique

La Banque africaine de développement (BAfD) a approuvé un nouveau projet visant à transformer l’activité agricole dans le cadre de la lutte contre la faim en Afrique, a rapporté un chercheur lundi.

Kenton Dashell, directeur général adjoint pour les partenariats à livrer de l’Institut international de l’agriculture tropicale (IITA) a déclaré que ce projet permettrait à l’Afrique de subvenir à ses propres besoins alimentaires grâce à la productivité agricole.

“L’Afrique n’est capable de connaître une véritable transformation de l’agriculture qu’avec une implication des gouvernements, du secteur privé et des investisseurs majeurs”, a déclaré M. Dashell dans un communiqué publié à Nairobi.

Ce projet de technologies pour la transformation agricole en Afrique (TAAT) sera mené par IITA avec pour ambition de faire de l’Afrique un exportateur net de nourriture, et de mettre l’Afrique au niveau des chaînes de valeur mondiales des matières premières et de l’agriculture, a indiqué M. Dashell.

Ce projet doit débuter l’année prochaine avec pour priorité d’éliminer la pauvreté extrême, de mettre fin à la famine et à la malnutrition, et de parvenir à l’autosuffisance alimentaire.

“Nous comptons adopter la modernisation et la commercialisation pour nous aider à transformer l’agriculture africaine”, a souligné M. Dashell.

Ce projet sera organisé autour des points tels que l’autosuffisance en riz, l’intensification de la culture de manioc, la sécurité alimentaire au Sahel, la valorisation des savanes comme greniers à blé, la restauration des plantations d’arbres, l’expansion de l’horticulture, l’augmentation de la production de blé et l’extension des chaînes de valeur de pisciculture.

Cette initiative mettra en œuvre 655 mesures qui devraient permettre de générer près de 513 millions de tonnes de nourriture supplémentaires et de sortir de la pauvreté 250 millions d’Africains d’ici à 2025.

Laisser un commentaire