Kenya: la Cour suprême invalide l’élection présidentielle, une nouvelle élection prévue dans les 60 jours

Kenya: la Cour suprême invalide l’élection présidentielle, une nouvelle élection prévue dans les 60 jours

La Cour suprême du Kenya a déclaré vendredi l’élection présidentielle du 8 août nulle et non avenue et a ordonné à la Commission indépendante des élections et des frontières (IEBC) d’organiser un nouveau scrutin dans un délai de 60 jours.

Le président de la Cour suprême, David Maraga, a déclaré que l’élection du 8 août, à l’issu de laquelle le président en exercice Uhuru Kenyatta a été déclaré vainqueur, affichait de “flagrantes irrégularités”.

“Les élections présidentielles organisées le 8 août n’ont pas été menées en accord avec la Constitution et je les déclare donc nulles et non avenues”, a annoncé M. Maraga.

Les Kényans ont attendu avec angoisse le jugement de la Cour suprême sur la plainte électorale déposée par le candidat de l’opposition NASA (National Super Alliance), Raila Odinga, qui s’est opposé à la victoire de M. Kenyatta, affirmant que les élections avaient été “truquées”.

Dans sa plainte, M. Odinga a cité des mauvaises pratiques électorales massives comme notamment un piratage externe des serveurs de l’IEBC qui aurait affecté la transmission des résultats du scrutin présidentiel.

Quatre juges ont estimé la plainte de M. Odinga recevable, contre deux qui l’ont rejetée.

M. Maraga a souligné que l’IEBC avait “échoué, négligé ou refusé” de conduire les élections en accord avec la Constitution.

Le jugement a été qualifié d'”historique” par des experts juridiques qui ont affirmé que l’invalidation des élections présidentielles est chose rare en Afrique.

C’était la quatrième fois que M. Odinga, 72 ans, perdait les élections en invoquant souvent des irrégularités. Mais c’est la première fois qu’un tribunal lui donne raison.

Lorsque le chef de l’opposition avait contesté la victoire de M. Kenyatta en 2013, les juges avaient décidé la validation de l’élection, même si les résultats de nombreuses régions du pays ne sont toujours pas aujourd’hui disponible.

M. Maraga a par ailleurs fait savoir qu’il ne lira pas tout le jugement vendredi car cela prendrait trop de temps. Il a néanmoins ajouté qu’il annoncera bientôt ce qu’il appelle la “détermination” de la cour.

2 Commentaires

  1. Abdelsalam
    1 septembre 2017 at 20 h 58 min Répondre

    Je suis très fier de la décision rendu par la cour suprême kenyane à la faveur de l’opposant Raila. Et c’est un exemple pour l’Afrique de montrer que la justice kenyane n’est Pas égale à la justice des certains États manipuler Par les chefs États en poste. Keynan justice is top

Laisser un commentaire