CEMAC : vers un accord de partenariat économique régional avec l’UE après le sommet de Yaoundé ?

CEMAC : vers un accord de partenariat économique régional avec l’UE après le sommet de Yaoundé ?

Dans l’impasse depuis sept ans, les négociations pour la signature d’un accord de partenariat économique (APE) régional entre la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) et l’Union européenne (UE) semblent bénéficier d’un contexte favorable pour aboutir, après le sommet extraordinaire tenu vendredi à Yaoundé, estiment les observateurs.

Réunis en urgence dans la capitale camerounaise pour débattre des solutions à la crise économique que traversent leurs pays suite à l’effondrement des prix du pétrole, les dirigeants de cette organisation régionale ont adopté plus d’une vingtaine de résolutions se résumant par la décision de mettre en place des politiques d’ajustement structurel pour sortir du marasme.

Le sommet a rassemblé autour du président camerounais Paul Biya, tous ses pairs Denis Sassou Nguesso du Congo-Brazzaville, Ali Bongo Ondimba du Gabon, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo de la Guinée équatoriale, Faustin Archange Touadéra de la République centrafricaine (RCA) et Idriss Déby Itno du Tchad.

Y prenaient part aussi, la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, et le ministre français de l’Economie et des Finances, Michel Sapin, en plus du président de la Commission de la CEMAC, Pierre Moussa, avec les autres dirigeants des institutions communautaires de la région.

Parmi les résolutions adoptées, il y a la décision prise “d’ouvrir et de conclure à brève échéance des négociations bilatérales avec le Fonds monétaire international pour mieux structurer les efforts d’ajustement [des] Etats, les accompagner vers une sortie de crise et les aider à mettre en place les conditions d’une relance vertueuse et durable [des] économies” de la zone.

L’aide de la France a été sollicitée pour la conduite de ce processus, “notre partenaire monétaire”, a souligné le président camerounais dans son discours d’ouverture de ce sommet d’un jour tenu à huis clos au Palais de l’Unité, le siège de son pouvoir.

CONTROLE DE LA FRANCE

Sous le contrôle de la France, ex-puissance coloniale sauf pour la Guinée équatoriale (ex-colonie espagnole), les six pays membres de la CEMAC forment une union monétaire caractérisée par l’usage d’une monnaie commune, le franc CFA.

Présentée comme une garantie de stabilité macroéconomique, cette monnaie également utilisée par neuf autres pays francophones d’Afrique est arrimée par une parité fixe à l’euro, plus d’une dizaine d’années après la disparition du franc français à laquelle elle était initialement rattachée.

Sur la base d’une clause de ce partenariat, tous ces pays ont en plus l’obligation de dépôt de la moitié des revenus de leurs exportations dans les comptes du Trésor français.

Cette question fait débat au sein de ces pays, de nombreuses voix se faisant entendre, y compris de la part de chefs d’Etat comme par exemple le Tchadien Idriss Déby Itno il y a quelques mois, pour réclamer une rupture permettant la mise en place d’une nouvelle monnaie leur conférant leur souveraineté monétaire et partant politique recherchée, plus de 50 ans après les indépendances.

La première résolution du sommet s’est contentée d’annoncer que “le renforcement de la stabilité macroéconomique ne nécessite pas un ajustement de la parité monétaire actuelle”, question de rassurer l’opinion publique abreuvée auparavant par des rumeurs faisant état de l’éventualité d’une nouvelle dévaluation du franc CFA, après celle de 1994.

La présence significative de la directrice générale du FMI et du ministre français de l’Economie et Finances à ce rendez-vous annoncé à la dernière minute venait d’ailleurs conforter ces rumeurs.

Or, le vrai enjeu des discussions des chefs d’Etat de la CEMAC et de leurs invités spéciaux n’a rien à voir avec les décisions annoncées au terme de leur huis clos et se trouve plutôt dans la signature d’un accord de partenariat économique (APE) régional avec l’Union européenne attendue avec impatience par celle-ci, soutiennent des analystes.

“Tout ce qui a été annoncé a servi à masquer le principal centre d’intérêts. C’est bel et bien les APE qui sont derrière. Le Cameroun avait déjà signé, les autres ont refusé. Mais comme ces derniers sont aujourd’hui fragilisés à cause de leur conjoncture économique difficile, on va les amener à signer à leur tour”, a mentionné à Xinhua le sociopolitiste Mathias Eric Owona Nguini.

Depuis les années 1970, l’Union européenne était liée aux pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) auquel ceux de la CEMAC appartiennent, par des accords diplomatico-politiques dits de Cotonou qui lui conféraient un statut de privilégié auprès de ceux-ci, lesquels bénéficiaient à leur tour d’un accès privilégié pour leurs exportations au marché européen, sans droits de douane, ni quotas.

PARTS DE MARCHE EUROPEENNES 

En 2000, au motif de mise en conformité avec les règles du commerce mondial, l’UE, secouée en réalité par la concurrence commerciale de la Chine en Afrique, jugée par certains comme une menace pour la sauvegarde des parts de marché européennes sur ce continent, a décidé de réviser lesdits accords pour les ouvrir au libre-échange, sous l’appellation d’accords de partenariat économique (APE).

En échange de leur large accès au marché européen, ces accords préconisent en retour pour les pays signataires des ACP une libéralisation graduelle, par une suppression progressive des droits de douane, à l’entrée de leurs territoires au profit des exportations européennes.

En 2009, le Cameroun a été l’un des premiers pays africains à signer un APE d’étape ou intérimaire, après l’avoir paraphé fin 2007, sous réserve de la signature d’un tel accord à l’échelle régionale de la CEMAC pour lequel des négociations avaient été engagées et élargies par la suite à la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), qui regroupe dix pays.

Cet APE est entré en vigueur début août. Il a pourtant été rejeté par les autres pays de la CEMAC, les jugeant incompatibles avec leurs petites économies incapables de tirer leur épingle du jeu dans la concurrence avec celles de l’UE, connues quant à elles pour être parmi les plus performantes et les plus compétitives du monde.

Ce rejet est partagé par une bonne partie de l’opinion publique des pays surtout africains et avait reçu un soutien important de la part de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique, du temps de l’économiste bissau-guinéen Carlos Lopes, fraîchement démissionnaire, qui continue encore à juger lesdits accords contraires aux règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

En proie à la crise économique, la Guinée équatoriale, le Tchad, le Gabon, le Congo-Brazzaville, y compris la RCA qui s’emploie à sortir de trois ans de conflit civil d’une rare violence, ne sont plus en mesure pour résister aux pressions de l’UE, croient savoir des observateurs.

A ce titre, la perspective de la reprise des pourparlers pour les faire aboutir rapidement est jugée imminente, après le sommet extraordinaire tenu vendredi dans la capitale camerounaise qui, sans que l’on ne le dise ouvertement, en aurait levé les obstacles pour mettre un terme à l’impasse, assurent ces observateurs.

3 Commentaires

    • Mitch
      9 mai 2017 at 20 h 30 min Répondre

      Always reiefshrng to hear a rational answer.

  1. Henrietta
    9 mai 2017 at 20 h 06 min Répondre

    You Sir/Madam are the enemy of confusion evehewrery!

Laisser un commentaire