Salubrité à N’Djaména : La responsabilité des citoyens est sollicitée (constat)

Salubrité à N’Djaména : La responsabilité des citoyens est sollicitée (constat)

Malgré les efforts consentis par les autorités communales des différents arrondissements et la mairie centrale pour rendre la ville salubre, beaucoup de nos concitoyens n’ont aucune notion d’hygiène en plus de l’insuffisance de la politique d’assainissement dans nos communes.
La volonté des hautes autorités du pays de faire de N’Djaména d’ici 2020 ou 2025, la vitrine de l’Afrique Centrale est un défi à relever par tous. Pendant ce temps, certaines habitudes des citoyens et le manque de politique véritable d’assainissement par nos mairies qui doivent accompagner cette volonté politique font cruellement défaut.

Un petit tour dans nos quartiers de manière général et ceux un peu reculés et quelque fois en pleine ville permet de constater avec amertume les sales habitudes des N’Djaménois en matière de salubrité. Dans ces quartiers à une heure avancée, c’est-à-dire tard dans la nuit, les habitants sortent avec leurs poubelles et les déversent en pleine voie de circulation. Très tôt le matin, chacun s’interroge, ‘étonne et se demande qui a fait cela ? Ces scènes sont récurrentes dans presque tous les arrondissements de la ville. Pour ceux qui sont riverains aux grandes voies bitumées, l’on constate des tas d’ordures versées sur la voie bien bitumée ou bien sur la terre pleine qui sépare les deux voies principales.

Certains citoyens interrogés sur ces pratiques inciviques accusent rapidement la mairie de leur commune car, elle ne met pas à leur disposition des bacs à ordures pour stocker les dechets. D’autres vont plus loin en précisant que : même avec l’existence des bacs à ordures, une fois ces bacs remplis il va falloir les vider quelque part. Le grand problème est qu’il n y a pas de dépotoir à proximité. « C’est la mairie qui doit prendre ses responsabilités pour trouver une bonne politique de gestion des ordures ménagères pour éviter ces désagréments » affirme un habitant du quartier Moursal. Mais avant l’intervention de la mairie, la population doit s’organiser en créant des comités d’assainissement pour évacuer les déchets en attendant la mairie. Si non quand ces déchets s’entassent c’est la maladie qui s’annonce à grand pas et les premiers concernés sont cette même population. Vaut mieux prévenir que guérir à t-on coutume de le dire.

Une autre pratique et non des moindres, c’est l’obstruction des voies de canalisation des eaux usées par ces ordures en saison sèche. Tous les ménages créent leur dépotoir devant leur concession en y jetant des saletés dans ces voies de canalisation sans état d’âme. Cela créé quelque fois des disputes entre les voisins causant ainsi le mal vivre ensemble.
Pour rayer cette sale habitude qui n’est pas de nature à rendre une ville propre, chacun est interpellé à rendre son milieu de vie salubre et hygiénique.

Laisser un commentaire